Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Moûtiers
Moûtiers Moûtiers

Festival Les Eternelles Crapules

Objectif affiché du Festival « Les Éternelles Crapules » ? Colorer les murs de la ville et faire découvrir le street art dans des lieux où personne ne l’attendait… Rencontre avec Maëlle, artiste du collectif ArtCore Session à l’origine du projet.

ArtCore Session… qui se cache derrière ce nom ?
Lucas et moi ! Nous nous sommes rencontrés en Suisse et nous avons exposé nos toiles sur une place très fréquentée de Lausanne. L’idée était de créer du lien social autour de notre expo intitulée « Jungle Law », où nous voulions représenter les différentes catégories sociales à travers des animaux. Puis nous avons exporté ce concept au Portugal notamment.

À Moûtiers, vous lancez Les Eternelles Crapules, quelle est l'origine de ce festival ?
L’idée d’amener le street art à Moûtiers a germé lors d’une soirée, pendant une conversation avec Franck Sergent, opticien de la Grande Rue et président d’Activallées (la Fédération des Acteurs Économiques de Moûtiers). L’idée était de proposer un parcours de street art avec fresques monumentales et de le faire l’hiver pour profiter de l’afflux touristique. Une façon originale de dynamiser la ville et de changer son image. Une image que tout le monde peut s’approprier par le biais du financement participatif du projet.

Qui sont les artistes en présence ?
Ce sont les meilleurs artistes que nous avons rencontrés lors de notre road trip de deux ans à travers l’Europe. 9 artistes sont ainsi invités à recouvrir des façades de 100m2 sur la thématique des Alpes : Lucas et moi-même du collectif ArtCore Session, Rino, Rafi, Cofee, Reveur, Marthe, Tank et Popek.

Comment le festival va-t-il se mettre en place cet hiver ?
Une fois toutes les autorisations des bâtiments de France obtenues et les croquis validés, les artistes se mettront à l’œuvre. Nous organiserons une soirée de vernissage en février ou mars, une vraie fête pour fédérer tout le monde autour du street art. Et puis, par la suite, pourquoi pas inviter d’autres artistes, développer un festival musical…